Le traditionnel discours du 11 février

Comme à tous les 11 février depuis bientôt 30 ans, Paul Biya s’est adressé, ou plutôt, a “envoyé depuis la Suisse la cassette” contenant son message à la jeunesse camerounaise.

De manière générale, ce discours est empreint d’espoir, de verbes au conditionnel, “d’impressions”, de souhaits. Est ce pour nourrir l’espoir? Est ce parce que lui-même n’est pas sur de ce qu’il avance? Veux-il être prudent?

Voici les points qui ont le plus attiré mon attention:

  • Utilisation du conditionnel

Dans l’énumération des projets, M le PR utilise très souvent le conditionnel. Il n’a pas l’air sur que les projets dont il parle sont effectivement lancés ou pas. Certains seraient entamés, ou tout au moins prévus.. Mais on sait au Cameroun qu’entre le projet prévu et le lancement effectif il ya très souvent un fossé:

– “Bon nombre de nos grands projets devraient être lancés.

– “Pour ce qui est de l’adduction d’eau et la distribution d’électricité : la poursuite ou la mise en œuvre des travaux déjà entamés ou prévus.”

– “Ce regain d’activité devrait non seulement procurer à nos populations une amélioration de leurs conditions de vie, mais aussi créer une demande importante de main d’œuvre à différents niveaux de compétences. Des perspectives favorables en matière d’emploi pourraient ainsi se faire jour et nous mettre en meilleure situation pour lutter contre le chômage, mal dont notre jeunesse est hélas la principale victime.”

Ça fait plus de 25 ans qu’on nous nourrit d’espoir, de souhait. À ce stade on a besoin de réalité. On veut des faits. Nous qui sommes la jeunesse, nous sommes supposés prendre l relève, mais la relève de quoi? Des “projets” qui sont toujours restés sur papier et qui “devraient” être entamés?

  • “Faits significatifs”

“Je crois en effet que dans notre situation actuelle, la solution de notre problème d’emploi se trouve à ce niveau. Si notre agriculture se révèle capable de faire ce « bond en avant », elle offrira une gamme importante d’emplois, allant des plus simples aux plus qualifiés. C’est la raison pour laquelle j’engage nos jeunes à ne pas se détourner  du travail de la terre qui est garant de stabilité et d’épanouissement. Ceci ne veut évidemment pas dire qu’il faut négliger les activités industrielles et de services, elles aussi créatrices d’emplois et porteuses d’avenir.”

Je suis entièrement d’accord avec notre potentiel en agriculture. Mais seulement, quelles sont les actions concrètes qui ont été mises en oeuvre dans ce sens? C’est sur qu’il faut motiver les jeunes, il faut les former, et stimuler leur intérêt pour ce secteur, mais comment? Surtout, qu’est ce qui a été fait?

“Au niveau de l’éducation de base, l’objectif fondamental restera l’élargissement de l’accès à l’enseignement et l’amélioration de sa qualité.”

Je suis tellement d’accord…

“A cet égard, un fait significatif est à signaler. J’ai en effet signé récemment le décret portant création, organisation et fonctionnement de  l’Agence du Service Civique National de Participation au Développement. Cet organisme est investi d’une mission de mobilisation des énergies en vue : du développement économique, social et culturel de notre pays, de la promotion du sentiment national et patriotique, et enfin du progrès du sens de l’intérêt général, de l’esprit civique et de la culture de la paix. “

J’espère que ça va commencer  par un apprentissage approfondie de l’histoire du Cameroun, et pas celle à partir de 1960, mais bien celle des années 40, et même avant. L’histoire aussi des martyrs de ce pays, qui peuvent devenir des exemples à suivre pour nous les jeunes, et pour les générations à venir.

“Déjà budgétisé, son fonctionnement pourrait prochainement démarrer.”

Pourquoi “pourrait”? On n’est pas sur qu’il va démarrer ou bien? Vu que c’est budgétisé, pourquoi le programme ne démarre pas tout de suite? Pourquoi il n’a pas déjà commencé?

“Par une heureuse coïncidence, l’entrée en service effective  du Conseil intervient au moment où la Charte Africaine de la Jeunesse vient d’être ratifiée. L’objectif principal de la Charte, je le rappelle, est de renforcer la participation des jeunes à la vie politique, économique, sociale et culturelle. La célébration en 2011 de l’Année internationale de la Jeunesse nous donnera opportunément l’occasion de favoriser l’appropriation des dispositions de la Charte par notre jeunesse.”

Je l’espère vivement.

S’agissant de l’insertion des jeunes dans l’économie, l’Etat, à côté des actions menées par le Fonds National de l’Emploi, a continué à soutenir les programmes destinés à donner au plus grand nombre possible de jeunes des chances d’intégrer la vie professionnelle. C’est le cas du Projet d’appui à la jeunesse rurale et urbaine et du Projet d’insertion des jeunes par la fabrication de matériel sportif. Ces deux projets ont permis d’insérer dans la vie économique plusieurs milliers de jeunes, de lancer des centaines de micro-activités et de juniors entreprises et de créer des dizaines de coopératives.

Est-il possible d’avoir des chiffres?  Un bilan? Un rapport?

“Nous qui bénéficions de la paix, de la stabilité et du progrès démocratique, avons désormais toute chance de bâtir ensemble une société juste et solidaire.”

Euh… c’est quoi “progrès démocratique”? je n’appellerai pas ça de la paix, mais plutôt le calme avant la tempête! Cette paix est précaire. Nous vivons dans la peur de voir tout ça dégringoler du jour au lendemain…

Je n’ignore pas, croyez-le bien, quelles sont vos inquiétudes quant à  votre avenir. Je peux imaginer la déception de ceux qui, après de longues années d’études, peinent à trouver un emploi correspondant à leurs qualifications. Le découragement de ceux qui, sans diplômes, n’ont, au mieux, comme perspective, que des emplois précaires. Le sentiment d’injustice de ceux qui, privés de tout espoir, ont l’impression d’être rejetés par la société.

Avant tout ceci se résumait à un “vous souffrez, j’en suis conscient“. Pourquoi tout ce texte? Pour prévenir une insurrection comme dans les pays arabes?

Une fois de plus, le PR nous remplis d’espoir, et nous demande de ne pas baisser les bras, de se battre etc. C’est à croire qu’il connaissait la fonction “copier-coller” bien avant l’avènement des ordinateurs, car il me semble que ce discours d’espoir est le même depuis bientôt 30 ans.

Pour avoir écouté plusieurs discours d’autres présidents ailleurs dans le monde, je m’attends à un discours empreint de faits réels, d’actions concrètes, de chiffres, et bien sur une invitation à continuer dans la lancée. Je ne veux pas de faits pas clairs, non précis, de projets flous, etc…

Pour l’intégrale du discours, cliquez ici.

Source: discours du Président Paul Biya à l’occasion de la Fête de la jeunesse 2011. http://www.prc.com

Advertisements

About Writer

Yours to discover...
This entry was posted in Politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s