De la pertinence des lettres ouvertes

La prolifération des lettres ouvertes de la part des acteurs publics camerounais est énorme. De plus en plus, et surtout grâce à Internet, les “opposants” au sytème ou les “personnes victimes d’injustice” s’en servent pour faire sensibiliser les camerounais, et même l’opinion internationale.

Wikipédia définit la lettre ouverte comme un “texte qui, bien qu’adressé à une ou plusieurs personnes en particulier, est exhibé publiquement afin d’être lu par un plus large groupe. Pour ce faire, c’est le plus souvent la presse qui est utilisée comme média, mais une lettre ouverte peut également prendre la forme d’une publication à part entière, d’une affiche, d’une chanson, d’un tract, ou plus récemment être mise en ligne sur Internet etc.” L’une des plus populaires est certainement “J’accuse”, par Émile Zola et adressée au Président français d’alors Félix Faure.

Au Cameroun, nombre d’hommes politiques d’affaires, journalistes s’en servent pour dénoncer, plaider leur cause, demander des explications ou tout simplement sensibilier. Voici quelques des plus récentes:

  • Yves Michel Fotso: l’homme d’affaires camerounais a rédigé une lettre ouverte à Amadou Ali, Vice-premier Ministre ne charge de la justice. Elle a été publiée par le quotidien La Nouvelle Expression en novembre 2010. Dans cette lettre, Yves implore Amadou Ali de rendre public les chefs d’accusation portés contre lui, de fournir des explications sur la confisquation de son passeport, et de l’implication du gouvernement dans ses négociations d’affaires avec des banques internationales.
  • GUERANDI Mbara G.: l’exilé camerounais, à travers une lettre ouverte publiée le 15 février 2011, exhorte la diaspora camerounaise à se mobiliser “pour un Sursaut Patriotique et national en synergie avec les forces vives de l’intérieur…“. Il explique en plusieurs points comment les camerounais de la diaspora peuvent agir pour aider les “camerounais de l’interieur” à mettre fin au règne actuel, qui perdure depuis bientôt 30 ans.
  • Titus Edzoa: depuis la prison de Yaoundé, l’ex Secrétaire général à la Présidence exprime son coup de gueule envers celui là même qui l’a nommé, et ensuite fait arrêté. En effet, après avoir démissionné du gouvernement, Titus décida de porter sa candidature aux présidentielles de 1997. 2 jours après il aurait été arrêté et torturé selon ses propos. Depuis 1997, M. Edzoa n’a jamais recouvré sa liberté.

Le but de la lettre ouverte est moins d’avoir une réponse du destinataire, que de partager son opinion auprès du public. Pour ma part j’estime que c’est une bonne manière de s’exprimer, d’interpeller les gens, de dénoncer une injustice, de faire valoir un point. Mais je pense aussi qu’il faut aller au delà de ça. Il ne suffit pas de publier une lettre pour avoir une action en retour: la lettre ouverte, je la considère comme le début d’une lutte, d’un combat d’une cause.

Et vous? Qu’en pensez vous?

Advertisements

About Writer

Yours to discover...
This entry was posted in Politique and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s